Les Six Vertus du Coeur

Le document « Living From The Heart » écrit par James des Wingmakers offre dans son annexe A une interprétation des Six Vertus du Coeur qui vous est proposée ici.. La traduction n’est pas parfaite, mais le texte reste plein de sens.

Le Zorgonaute vous conseille néanmoins la lecture du document dans son entier, diffusée par le site Event Temples et disponible en cliquant ici (version traduite en français). À lire également, l’interview de James menée par le Project Camelot: Le Souverain Intégral.

Les Six Vertus du Coeur sont :
l’Appréciation, la Compassion, le Pardon, l’Humilité, la Compréhension, le Courage.

Définitions des six vertus du coeur


J’ai résisté à la tentation de définir les six vertus de coeur en détail, mais je fournirai un point de départ pour leur définition pour que vous puissiez les broder selon votre propre expérience et perspicacité.

Appréciation :

Aux niveaux subtils, cette vertu est centrée sur une conscience particulière que la Source Première (Intelligence supérieure) entoure nos semblables comme un champ de conscience et que cette conscience nous unifie. Si nous sommes unis, il s’ensuit que nous opérons comme une conscience collective à quelque niveau plus profond, et dans cet endroit, nous partageons un but commun qui est richement texturé, suprêmement vital, et pourtant mystérieux, dynamique et incertain.
Cette conscience, ou même croyance, modifie notre attention aux petits détails de notre vie personnelle à la vision de notre but en tant qu’espèce.
À un niveau plus pratique, l’appréciation s’exprime dans les petits gestes de gratitude qui soutiennent les relations de loyauté et de sympathie. Les niveaux les plus profonds de l’appréciation rendent authentique le niveau extérieur des expressions relativement car ils proviennent des fréquences de l’âme au lieu des motivations de l’ego ou du mental.

Compassion :

Beaucoup d’enseignants ont parlé avec éloquence de la compassion comme la conscience profonde de la souffrance de l’autre associée avec le désir de soulager cette souffrance. Dans le contexte de la nouvelle intelligence qui s’installe elle-même sur notre planète, la compassion est un désir actif d’aider les autres à s’aligner sur les nouveaux champs d’intelligence qui se manifestent dans le monde tridimensionnel, conscient que leur désir et capacité à s’aligner sont déformés par leur acculturation sociale ; elle ne reflète pas précisément leur intelligence, inclinations spirituelles ou but.
Par conséquence, la compassion s’étend non seulement à nos semblables et à la planète elle-même avec la réalisation que nous partageons le même destin si ce n’est que pour une seule vie. La planète et la personne dansent dans les courants ascendants de la Source Première dans un processus commun de régénération et de renouveau. Nous faisons tous partie des ouvertures mystérieuses et de la transcendance énergétique qui se produit entre la Terre et l’univers, et pendant que la Terre transforme ses densités accumulées, chacun d’entre nous sera mis au défi de transformer les siennes, ou s’enfoncer davantage dans nos peurs et troubles émotionnels.

Pardon :

Le pardon opère à partir de la construction que chacun d’entre nous fait du mieux que nous pouvons en fonction des circonstances de notre expérience de la vie et du degré avec lequel notre fréquence d’amour sature notre instrument humain. Lorsqu’une personne opère à partir des vertus de coeur et des riches textures de ses fréquences authentiques, le pardon est un état naturel d’acceptation.
Quand une injustice remarquée entre dans notre expérience – peu importe son importance ou si nous percevons en être la cause ou l’effet – nous pourrions initialement réagir avec les émotions acérées de l’état de victime ou du mécontentement, mais ce désordre émotionnel peut être rapidement purifié en remplaçant votre sentiment de victime ou de mécontentement par la compréhension et la compassion.
Le pardon est réellement l’expression apparente de la compréhension et de la compassion, sans les sentiments épais de la dualité (c’est-à-dire, le bon et le mauvais) qui, typiquement, introduise la présence du jugement. Il s’agit d’une expression neutre, sans autre dessein ou but
que de vous libérer des griffes du temps, lesquelles sont semblables à des sables mouvants énergétiques, vous empêtrant énergiquement à un état émotionnel fondé sur le temps.

Humilité :

L’expression d’amour de l’âme est son but plus important tandis qu’elle est incarnée dans les mondes de l’espace et du temps. Elle diffuse cette délicate et sublime fréquence de l’amour dans le corps humain et le mental sans condition ou motif. Ce sera sans surprise qu’elle trouve le coeur un collaborateur plus enthousiaste que le mental.
L’humilité est la réalisation que le coeur, le mental et l’âme s’entremêlent dans la grâce d’une Intelligence Supérieure ou Force Créatrice, et que leur existence même est maintenue par cette connexion à l’amour inconditionnel. Dans les matériaux religieux, psychologiques et philosophiques de notre planète on accorde une grande considération au mental. Je pense donc je suis.
À un niveau plus granulaire, beaucoup de gens croient que ce qu’ils pensent est la cause de leurs sentiments, ce qui à son tour crée leur taux vibratoire et ce taux vibratoire attire leur expérience de vie. Ainsi, en appliquant cette logique, la méthode pour attirer les bonnes choses dans notre vie consiste à penser justement, de peur que nous attirions le mal ou les épreuves. L’humilité comprend que l’être qui vous représente – votre identité la plus intégrale – n’est pas constitué comme une réaction en chaîne du mental. C’est plutôt la présence de l’amour incarné dans la forme humaine, et cet amour s’exprime dans les vertus de coeur, le pur intellect du mental contemplatif, et les activités Co-créatrices du coeur, du mental, et de l’âme.
L’humilité est l’expression de cette fréquence d’amour sachant qu’elle provient de ce qui existe déjà dans une dimension supérieure, et dans cette dimension, l’amour n’est pas un objet de sentiment et de pesanteur émotionnelle. C’est une force libératrice où tout est un, tout est égal, tout est égal, tout est divin, et tout est immortel.

Compréhension :

Le monde de la forme, tout comme les mondes sans formes, est composé de structures énergétiques sous son expression la plus dense. Dans un sens réel, tout dans le multivers est énergie avec des durées de vie énergétique incalculable ment longues. L’énergie est transformationnelle ; c’est-à-dire, elle peut se modifier ou se changer dans d’autres états d’être ou, dans le cas des êtres humains, de conscience.
La structure énergétique humaine est souvent décrite comme système des chakras ou corps électromagnétique, mais elle est plus que ces composants. La structure énergétique est une forme de la lumière, qui est à son tour une texture de l’amour divin.
Énergétiquement, notre « squelette » est composé d’amour au coeur de notre structure, et c’est cette fréquence d’amour qui est la base de notre conscience immortelle ou âme. Toutes les densités inférieures sont des ombres de cette lumière et opèrent dans le temps et l’espace, lesquels apportent une enveloppe de densité et de séparation de cette fréquence d’amour fondamentale.
Les mondes du temps et de l’espace modifient ou diluent cette connexion que nous sentons avec la structure énergétique fondamentale dont nous sommes tous composés, et ceci diminue non seulement notre sens de connexion à notre divinité, mais à Dieu et à toute la vie. C’est en cela le paradoxe d’être humain : notre structure la plus intime est amour divin et notre structure la plus externe est un moyen d’expérience pour la structure la plus intime, mais nous avons été entraînés par le véhicule externe dans la mesure où nous identifions plus avec lui que l’occupant – notre vrai moi – à l’intérieur.
Nous sentons tous cette dissociation avec notre vrai moi et la sur-identification avec notre corps physique et le mental (instrument humain) ; peut-être seulement dans la mesure où il y a quelque différence parmi nous.
La compréhension est l’aspect d’intelligence du coeur qui reconnaît que cette dissociation avec l’amour est un composant de conception nécessaire du plus vaste plan qui se produit sur la planète. En d’autres termes, ce n’est pas que l’humanité est tombée en disgrâce ou s’est inclinée irrévocablement vers le péché. En revanche, nous avons simplement accepté l’image de la réalité qui est dominante, et sa domination n’est pas accidentelle mais une partie d’un plus vaste dessein.
Il y a une expression Lyricus bien connue qui, traduite approximativement, dit : « L’élégance du temps est celle qui démêle les structures de l’espace qui ont masqué l’amour à lui-même. » Les structures de l’espace, dans ce cas, se réfèrent à l’instrument humain.
Seul le temps peut briser les barrières rigides ou les membranes subtiles qui empêchent ou diminuent la fréquence d’amour à exercer sa sagesse dans les comportements de l’individu. Si le temps est la variable d’importance, il va de soi que chacun est sur son chemin de cette réalisation, c’est simplement une question de temps avant de le réaliser. Ainsi, le temps est le différentiel qui nous sépare. En un sens, nous sommes tous temporellement modifiés les uns par rapport aux autres. Nul n’opère exactement dans le même temps quant au fait de desceller sa fréquence de l’amour du monde de la forme.

Courage :

Alors que le courage est généralement mis en oeuvre dans le contexte de la guerre ou du champ de bataille, il est, comme élément de l’amour, lié avec l’acte de dire la vérité au pouvoir, particulièrement quand une injustice est commise. Il est commun dans l’ordre social actuel de feindre l’ignorance des injustices de notre monde.
L’égocentrisme en son propre monde est une menace principale qui mine l’expression du courage, et la crainte de la conséquence en est une autre. Le courage est l’aspect de votre amour qui défend sa présence face à l’injustice comme mesurée par l’ordre social. Si vous ne défendez pas vos vertus – ou ceux trop faibles pour défendre les leurs – vous vous en êtes séparé et avez perdu une occasion d’être une force Co-créatrice dans le monde de forme.
Ceci ne signifie pas forcément que vous devez devenir un activiste ou défenseur pour une liste de causes sociales. Cela exige simplement que vous vous défendiez contre l’injustice. Les enfants en particulier requièrent cette protection.
Quand j’avais environ sept ans, je me souviens très bien être allé dans un magasin avec mon père et tandis que nous entrions depuis le parking, nous avons vu une mère battre littéralement son enfant sur le siège arrière de sa voiture. C’était un samedi très animé et il y avait beaucoup de gens dans le parking, mais ce fut mon père qui s’approcha de la femme et lui demanda de s’arrêter. Sa voix était ferme de sa conviction et la femme cessa immédiatement. C’était un acte de courage car il n’y avait pas de réel jugement associé ; c’était simplement une injustice qui nécessitait une intervention dans l’instant. De la compassion aussi bien pour l’enfant et la mère était présente chez mon père, et je crois que la mère le savait.
Ceci est un exemple de la manière dont les vertus de coeur apparaissent rarement de façon isolée, mais plutôt comme ensemble qui se tresse lui-même de fermeté et de force pour une situation donnée.

Publicités
Cet article, publié dans Les Zinfos Qui Font Plaisir, Nouveau Paradigme, WingMakers, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s